François Lambert psychotherapeute - salon de Provence

Rendez-vous et rythmes des séances

Prise de rendez-vous

Vous laissez un message avec votre nom et vos coordonnées téléphoniques distinctement énoncées sur mon répondeur professionnel, le 0615392829 ; je vous rappelle généralement le soir entre 18h00 et 20h30, le lendemain matin ou plus rarement 48h après. Si tel n’est pas le cas, c’est qu’il y a eu un problème (généralement technique) alors n’hésitez pas à me laisser un nouveau message.

 

Rythme des séances

Aucun engagement n’est pris vis-à-vis de la durée du travail ensemble.

Chaque individu et problèmes rencontrés étant singuliers, à degrés de complexité et de charge émotionnelle variables, la fréquence des séances et la durée du travail sont fixés ensemble.

A chaque fin de séance, vous avez plusieurs options, en fonction de votre ressenti et de vos possibilités personnelles :

  • Réserver la séance suivante ;
  • Vous laisser un temps d’assimilation et de mise en pratique ;
  • Reprendre rendez-vous si vous en ressentez le besoin (ce qui vous permet de respecter votre propre rythme).

Pour les séances individuelles, je recommande généralement une courte durée entre la première et la deuxième séance :

  • L’explication de cette recommandation est très simple. Au cours du premier entretien, 75% du temps, en moyenne, est employé à la « mise à plat » de votre problème (présent) et à convenir ensemble de votre objectif (futur). Les 25 % du temps restant concernent les possibilités, méthodes et limites de ma contribution. Cette première étape, conformément à mon expérience, est indispensable à toute thérapie brève. Elle pose le cadre de notre futur travail. Mais elle peut parfois, du fait de mes questionnements (parfois surprenants) et de certaines résonnances (en vous), bousculer certains de vos repères habituels et engendrer de nouveaux questionnements. Ces derniers, sans réponse, peuvent générer un certain inconfort, voir parfois une angoisse inutile. Une deuxième séance plutôt rapprochée, tant que faire se peut, est généralement fort appréciée, que ce soit pour les clarifications qu’elle apporte rapidement, par le début du « traitement » (outils exclusivement psychologiques) ou par la prescription de premières tâches à accomplir. Cette deuxième séance vous donne généralement la sensation de reprendre un peu le pouvoir sur votre problématique et donc plus largement sur votre vie.
  • Dans l’idéal, pour éviter un temps d’attente trop long entre les deux premiers entretiens (je ne peux que rarement offrir cette possibilité d’une semaine sur l’autre), je recommande de commencer par une double consultation, de manière à pouvoir effectuer toutes ces étapes en une seule fois. D’expérience, même si je suis conscient que cela n’est pas toujours évident financièrement, mes patients apprécient généralement beaucoup plus cette option.

Pour les séances en couple, le rythme des entretiens est très variable

  • Les modalités les plus appréciées et les plus efficaces, pour le premier entretien, sont les suivantes : la réservation d’une DOUBLE SÉANCE (1h50), le même jour, que l’on divise en trois parties.
    • D’abord un tiers de ce temps est alloué à chacun en entretien individuel (pendant que l’autre attend dans la salle d’attente). Ces deux espaces individuels d’expression préalable permettent notamment :
      • D’aborder les désaccords les plus conflictuels en évitant les conséquences des tensions (ouvertes ou latentes) accumulées dans le couple. On évite ainsi les débordements : les pertes de discernement, les décompensations, les critiques inutiles vis-à-vis des ressentis de l’autre (les hommes et les femmes fonctionnent différemment), les justifications « chronophages », les attitudes irrespectueuses, voir agressives, etc. En bref, ce système évite les attitudes impulsives liées à la saturation psychique voir parfois physique. Ces formes de violences morales, fréquentes en thérapie de couple, ne sont généralement pas volontaires, elles reflètent plus un besoin de décharger des tensions internes accumulées qu’une intention délibérée de nuire. Mais elles « polluent » tout de même le travail de médiation et vous font généralement perdre votre temps, votre énergie et votre argent.
      •  Ce système permet donc une expression plus libre des ressentis de chacun et me permet aussi d’accéder à beaucoup plus d’éléments explicatifs : faits (historique), émotions particulières, attentes de chacun, état de l’affect « amoureux » et donc des motivations respectives... Tant d’éléments importants qui n’auraient peut-être pas été formulés en présence de l’autre.
    • Le dernier tiers m’est quasi exclusivement réservé. C’est le temps de mon « retour », avec mes propres hypothèses diagnostiques et propositions de solutions, avec cet avantage d’être hors « accusations d’intention », hors « jugements accusateurs », etc. Mon but n’est pas de prendre parti pour l’un ou pour l’autre, mon but est LE COUPLE (sauf si l’un des deux vient pour que je l’aide à la séparation, cela arrive parfois, heureusement plus rarement).
    • Ce système de double séance divisée en trois parties permet aussi d’éviter (tant que faire se peut) d’avoir à se perdre dans ce qu’il est fréquemment indiqué : que chacun aille consulter son propre psychothérapeute (sachant que les deux praticiens n’auront peut-être pas les mêmes outils, que chaque protagoniste n’évoluera peut-être pas au même rythme...) et que les deux aillent en consulter un troisième ensemble. Cela entraîne trop souvent des longueurs et des écarts qui fragilisent plus le couple qu’au départ. En fait, lorsque l’« intention d’aimer » est encore sincèrement ressentie par les deux personnes, les probabilités d’évolution favorable sont généralement très bonnes.
  • Pour le cas de plannings difficilement compatibles (enfants à faire garder, temps professionnels chargés…), le principe de cette division peut être maintenu sous forme de deux séances individuelles séparées et d’une séance à trois.
  • Rapidement, lorsque les conditions sont réunies et que vous êtes tous les deux d’accords sur ce fait, nous nous contentons ensuite de « simples » entretiens de 55 mn à trois.

La fréquence moyenne demandée, à mon cabinet, est de deux consultations par mois.

Les entretiens sont généralement amenés à s’espacer dans le temps, jusqu'à une consultation par mois, voir tous les deux mois pour certains ou encore simplement "à la demande".

Par respect éthique, vous restez maître de votre autonomie et de votre liberté décisionnaire ; vous écoutez simplement vos ressentis.